Menu
5 bonnes raisons de suivre la Vuelta

Si la zozotante langue espagnole demeure l’un des trucs les plus barbares recensés sur Terre après l’invasion des Wisigoths et la victoire de Magnus Backstedt à Paris-Roubaix, chaque année à la fin du mois d’août le peuple cycliste se prend pourtant de passion pour le dialecte ibère quand celui-ci lui raconte les belles histoires de son tour national. Voici donc nos cinq raisons de regarder la Vuelta cette année. 

1. Y’a du level

Cette Vuelta va être encore plus disputée qu’un match de FIFA Real-Bayern bourré à la Kro avec ton coloc’ un mardi soir de Champion’s League. Aujourd’hui encore, on n’est pas foutu de pouvoir dessiner sciemment un podium tant il y a du niveau et des gros poissons au départ de Nîmes. Froome, Bardet, Chaves, Nibali, les Yates, Aru… Vu le plateau royal et le scénario improbable à prévoir, on se croit davantage au départ d’un crito d’après-Tour que sur un grand tour lui-même. 

2. Elle part de Nîmes

On gueule toujours lorsque le Tour part d’Allemagne, d’Angleterre ou de Belgique alors voici notre revanche à savourer comme un salchichón délicatement sorti du saloir : le départ du Tour d’Espagne se fera à Nîmes. Aucune logique là-dedans, mais on parle d’un sport où les « 4 jours de Dunkerque » se courent sur six jours, alors… 

3. Warren Barguil est là

Préparez-vous à entonner la Tribu de Dana, dépoussiérez votre cornemuse et sortez le beurre demi-sel du frigo : le breton va illuminer cette course comme il en a eu le secret sur le Tour. Vainqueur de deux étapes en 2013 (dont une à la photo-finish devant Uran… ça fait du bien rien que d’y penser), notre Wawa national est prêt à en découdre sur les terres qui l’ont vu naître au plus niveau. En revanche, n’écoutez pas les autres chansons de l’album de Manau. Elles sont plus insignifiantes que Nérokintana.

4. C’est le dernier Grand Tour de la saison

Les Grands Tours sont un peu comme Plus Belle la Vie : un feuilleton au cours duquel on s’attache aux personnages en culpabilisant un tantinet (c’est très lourd à porter que d’être fan de Tejay Van Garderen). Profitez encore un peu de ce plaisir coupable, car le prochain Grand Tour aura lieu en mai et d’ici là, il se pourrait bien que Mikel Landa ait raflé toutes les courses à étapes du calendrier.  

5. Carlos Betancur est au départ

Oubliez les 4 premières, cette seule raison devrait suffire. 

BONUS : C'est le grand retour à la compétition de Julian Alaphilippe, et ça c'est plus savoureux que toutes les tapas de la Terre réunies ! 

Rédigé par La Musette le Friday August 18, 2017

Plus d'articles